C'est la fête de la rentrée ! Rendez vous au O'waluigi I love you
Cee. (Layton) et Liloon (Zelda) rejoignent le staff en tant que modératrices.

Partagez | 
 

 knockin' on heaven's door (pv. King)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
avatar






MessageSujet: knockin' on heaven's door (pv. King)   Sam 10 Déc - 0:14

La nuit était tombée depuis un petit moment déjà. Carolina, les bras chargés de paquets divers et variés, fouilla un moment le vide avant que son coude ne rencontre la poignée de la porte de sa chambre... qui résista farouchement à l'envahisseur. « Et merdeuuuh ! Mais où est-ce que t'es barré, encore, King ? » Qui disait porte fermée à clef disait personne dans la chambre, donc. Avec un long soupir sonore, la jeune dresseuse cala comme elle put ses paquets sous son bras pour fouiller les poches de son jean, afin d'en tirer son trousseau de clefs. Mais évidemment, quand on est pas doué... La majeure partie de son chargement lui échappa et s'écroula au sol dans un bruit de fin du monde. « Bordel de putain de merde la pute ! » Nous l'aurons compris, Carolina pouvait être extrêmement vulgaire quand elle s'y mettait. Heureusement qu'elle n'habitait plus chez ses parents.

Bref, une fois la porte ouverte et sa douzaine de sacs récupérés, notre championne d'arène finit par rentrer dans sa chambre pour balancer son chargement d'un côté de son lit et s'écrouler proprement sur son matelas avec un gémissement ravi. La journée avait été encore très chargés. Elle avait dû assurer une bonne douzaine de matchs en arène, avant de pouvoir rentrer pour se changer et ensuite apprendre qu'elle devait faire les courses, évidemment. Bref, elle était épuisée, elle avait mal un peu partout mais bon. Elle était contente, elle avait trouvé une peluche grandeur nature de Lakmécygne – même si bon, ça ne pourrait jamais remplacer celle qui l'attendait en chair et en os dans son jeu. Dieu qu'elle pouvait regretter que les Pokémon soient interdits de séjour au Central. Au moins, elle pourrait prouver à King que l'élevage de Pokémon n'était pas de la tarte non plus !

La brunette resta un petit moment allongée avant de se décider à ranger ses achats avec un soin tout particulier, notamment pour sa peluche (qui trouva une place de choix sur son lit), mais aussi pour le t-shirt tout bonnement magnifique qu'elle avait dégotté à son cher et tendre colocataire. Bien emballé, elle l'avait posé bien en évidence sur sa table de chevet. Et, surtout, elle espérait qu'il le trouverait à son goût. Parce que bon, même s'ils se côtoyaient tous les jours, même s'ils se connaissaient depuis longtemps, peut-être que... Elle haussa les épaules. Elle verrait bien à la tête qu'il tirerait, après tout ! Une fois ceci fait, elle fouilla dans son placard de vêtements pour en tirer un de ses pyjamas favoris – une longue chemise de nuit un peu transparente qu'elle enfilait généralement par-dessus un shorty, bleu pâle. Bien, comme ça, elle pourrait aller dormir.

Ce qu'elle n'avait pas prévu, c'était que King rentrerait alors qu'elle était en train de se changer. Elle se raidit violemment en sentant le courant d'air froid courir sur son dos nu, tourna prestement le dos à la porte tout en plaquant sa chemise de nuit contre l'avant de son corps. « Bon sang, Collins, apprends à frapper avant d'entrer ! » protesta-t-elle en lui jetant un coup d'œil par-dessus son épaule. Ce ne fut qu'une fois ceci fait qu'elle enfila son vêtement. « Imagine j'étais en train de faire des choses cochonnes, hein ? J'te dis pas la gêne. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar






MessageSujet: Re: knockin' on heaven's door (pv. King)   Sam 10 Déc - 0:39


« Bon sang, Collins, apprends à frapper avant d'entrer ! » Détournant immédiatement les yeux de ce qui pouvait l'attendre, King manqua de se manger le meuble qui l'attendait dans l'entrée de leur appartement. Eh, mais c'était pas sa faute si elle se changeait en plein milieu de leur appartement ! Non mais ! Il plaqua une main contre sa joue pour masquer son regard – oui, non, King avait beau avoir un passé un peu glauque et pas net, c'était un homme qui respectait les femmes. Emmitouflé dans son uniforme de commissaire, le catcheur fit rouler les yeux dans leurs orbites, pendant que la Carolina se plaignait encore. « Imagine j'étais en train de faire des choses cochonnes, hein ? J'te dis pas la gêne. » Il secoua la tête, puis tournant le dos à la jeune femme, il ouvrit la porte de l'appartement, ressortit, toqua, puis rentra à nouveau. « Ca va là ? » Il défit la fermeture éclair de sa veste avec brodé dessus « Commissaire » puis il l'accrocha à l'entrée, avant de lancer enfin un coup d'oeil véritable sur Carolina et son lit. Une magnifique peluche en forme de son pokémon adoré.

C'était QUOI ce truc qu'ils avaient tous, les dresseurs pokémons, à adorer les pokémons ? Hein ? C'est pire qu'un animal de compagnie ce truc. King bénissait des fois le fait que les bestioles n'avaient pas le droit de revenir au Central. Imaginez le chaos. Déjà que les personnages de jeu foutaient un sacré bordel... ! D'ailleurs, il revenait du poké-centre où un petit groupe de personnes avait volé différentes petites seringues et différentes petites pochettes de différents médicaments. Rien de bien vilain, non, à part peut-être pour les accros. Ca ne lui plaisait pas trop, mais bon, il ne pouvait rien faire maintenant, alors il avait décidé de rentrer. T'façon, au poké-centre, ils ont toujours tout pour soigner tout les maux. Il reprit la parole à l'intention de Carolina : « J'pense que ça serait plutôt ton partenaire que toi qui serait gêné. »

Puis il lança un coup d'oeil à sa table de chevet et y vit un petit paquet. Il fronça les sourcils, puis défit sa chemise pour se retrouver en débardeur blanc. Il balança nonchalamment sa chemise dans le panier à linge sale qui gisait à moitié recouvert de linge sale – même à 31 ans, aller faire une machine ça le dépassait, mais il irait, hein, il disait toujours qu'il irait. Il se rapprocha du petit paquet en le montrant du doigt, avant de prendre la parole : « C'est pas une peluche pokémon, hein? » Non, il ne comprendrait JAMAIS le lien entre un dresseur et son pokémon. La grande mésentente entre lui et Carolina d'ailleurs. Tout comme Carolina ne comprendrait jamais le lien qui l'unissait à son masque. Masque, d'ailleurs bien rangé dans sa pochette en soie, dans l'un des uniques tiroirs bien rangés que possédait King. Il s'assit sur le lit en prenant le paquet, puis, le déplia doucement. Oooooh, un t-shirt !

Il se redressa pour l'admirer pleinement, puis adressa un regard affectueux à Carolina, avant de lancer le t-shirt sur son lit, tirer le débardeur trempé par le bas, l'enlever, se retrouver torse-nu, puis d'enfiler le t-shirt. Il était sublime. Et un catcheur en plus. Rien que ça ! « Maaah ! T'aurais pas dû, Carolina! » Il traversa l'espace qui le séparait d'elle, et l'attrapa dans ses bras en la serrant en bear hug, la soulevant de terre, avant de la reposer délicatement. Il n'avait même pas fait craquer le dos de la dresseuse.

Il revint sur ses pas pour enlever le t-shirt – il se devait absolument de se doucher, il était revenu du Game Space pour aller directement au Commissariat, vu que le vol avait été commis pendant qu'il était en plein jeu. En gros, il puait le chameau. Il lança un coup d'oeil à Carolina, en pyjama mignon tout beau. Puis il désigna la peluche grandeur nature d'un coup de menton. « Il bouge pas, hein? » Non, mais, King n'était pas trop du genre à comprendre les trucs avec les pokémons. Il savait comment ça fonctionnait, mais vu qu'il ne pouvait pas aller dans le jeu à proprement parler.. Tant pis pour lui. Hein. C'était lui qui manquait quelque chose. Carolina n'avait probablement pas envie de venir visiter son monde de Tekken, où il n'y avait que des combats et des milliards d'autres prises à faire. Déjà le voir revenir, ça lui faisait du mal, à la jeune femme, alors si elle l'accompagnait jusque dans son jeu..

King attrapa une serviette propre dans son placard puis se dirigea vers la salle de bain. Sur le pas de la porte il regarda par dessus ton épaule, avec un petit sourire, avant de s'enfermer dans ladite salle de bain. Il en aurait pour 10 minutes grand maximum – pas de cheveux à soigner, contrairement à Carolina.. Heh.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar






MessageSujet: Re: knockin' on heaven's door (pv. King)   Sam 10 Déc - 16:19

« Ca va là ? » En guise de réponse, elle se contenta de lui tirer la langue, une fois la tête sortie de sa chemise de nuit. Elle rajusta correctement les pans du tissu autour de ses jambes avant de se jeter sur son lit pour serrer sa peluche dans ses bras – au moins la tête, parce que serrer tout entier un truc d'un mètre trente contre soi, c'est pas facile. « J'pense que ça serait plutôt ton partenaire que toi qui serait gêné. » Elle lui jeta un drôle de regard. « Qui a dit que je ferais ça accompagnée, hm ? » Et un grand sourire innocent, un ! Après quoi elle se contenta de l'observer, un bon moment d'ailleurs, l'air pensif. « C'est pas une peluche pokémon, hein? » Elle leva les yeux au ciel. La dresseuse savait pertinemment que les Pokémon, c'était pas vraiment la tasse de thé de King. Elle rêvait qu'un jour ces adorables bestioles puissent venir au Central, histoire qu'il comprenne la pleine mesure d'un lien entre un dresseur et ses Pokémon. Même si ça tenait entièrement du rêve... « Evidemment que non. Ouvre ! »

Il s'exécuta, et la brunette fut ravie du sourire qui s'étendait sur ses lèvres. Nom d'un Jirachi, elle était plutôt fière de son coup ! Et elle ne se gêna absolument pas pour le mater ostensiblement quand il retira son débardeur pour enfiler son t-shirt tout neuf à la place. En plus de ça, il lui allait comme un gant. Merveilleux. « Maaah ! T'aurais pas dû, Carolina! » Elle eut un sourire un peu gêné, suivi d'un glapissement de surprise quand il la souleva à pleine mains pour la serrer contre lui. Les pieds de Caro quittèrent un instant le sol et elle dut s'accrocher à son cou pour ne pas glisser. « Je suis contente qu'il te plaise, mais je serais contente aussi si tu me reposais au sol ! » Elle eut juste le temps de lui plaquer un baiser affectueux sur la joue avant d'être déposée sur le plancher avec toute la délicatesse du monde.

« Il bouge pas, hein? » La championne d'arène leva les yeux au ciel. « C'est une peluche, elle risque pas de bouger ! » Elle le laissa disparaître dans la salle de bains avec un léger sourire. Le temps qu'il prenne sa douche, elle pourrait commencer ce bouquin absolument génial sur lequel elle avait craqué à la boutique d'Amy-Rose...

Dix minutes plus tard, montre en main, monsieur le commissaire sortait de la salle d'eau, une simple serviette autour des hanches. Carolina s'empressa de balancer son bouquin plus loin et, sans prévenir, elle lui sauta littéralement dessus... avec assez de force pour les faire tomber tous les deux, elle installée bien confortablement sur son torse. Et en lui collant presque sa poitrine sous le nez. Ouais mais ça quand vous avez un pyjama décolleté... « Dis, dis. Tu veux pas me montrer comment tu mets ton masque ? » Et un ajoute à tout ça une moue suppliante absolument irrésistible. « S'il te plaiiiiit... Juste une fois ! » Si, entre son air de chien battu et la vue imprenable dont il profitait sur sa poitrine, il arrivait à résister... Elle se demanderait où était passé son sex-appeal.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar






MessageSujet: Re: knockin' on heaven's door (pv. King)   Sam 10 Déc - 21:28

Franchement, sortir de la salle de bain pour se faire agresser de la sorte... Elle aurait au moins pu le prévenir, non ? Non ? Vraiment? Tant pis. Ce ne fut qu'une fois qu'il eut les seins de sa colocataire en plein dans le visage que King réagit. Il venait de se faire plaquer, ou bien... ? « Dis, dis. Tu veux pas me montrer comment tu mets ton masque ? » Fronçant les sourcils, il releva les bras et attrapa Carolina d'une façon ou d'une autre pour la déplacer et se redresser, en vérifiant que sa serviette tenait toujours autour de ses hanches. « S'il te plaiiiiit... Juste une fois ! » Le regard de chien battu...

Poussant Carolina sur le côté, il se redressa, et, attrapant un caleçon sec et propre d'une main, il l'enfila sous la serviette, avant de se débarrasser de celle ci. Pour ensuite enfiler un jean. Du genre 'non, je n'ai pas entendu ta demande du tout.' Mais les seins de Carolina... Et son regard si insistant! Il fronça les sourcils, encore une fois, avant de se retourner, bras croisés à niveau de son poitrail dénudé. Elle savait pourtant, comment ça faisait. Pas assez traumatisée par l'expérience de petite enfance qu'elle avait eu quelques années plus tôt ? Vraiment ? Bon.

« Ca t'as pas suffi la frayeur de ta vie quand tu as essayé de l'enfiler toi ? » Ca le gênait un peu de devoir accepter ou refuser. Déjà, accepter, parce que personne ne l'avait jamais vu enfiler le masque, c'était quelque chose qu'il gardait pour lui, de façon pratiquement religieuse. Parce qu'il n'aimait pas se sentir épié alors qu'il l'enfilait, c'était... Profond. Il ne pouvait pas l'expliquer. C'était comme s'il trahissait un secret, qui le faisait passer de Dwight Collins à King. Un truc qui le liait dans sa schizophrénie du Game Space. Un truc, il ne savait pas trop comment dire. Enfin, bref. Et, de la même façon, refuser, parce que c'était Carolina. Elle l'avait tellement supporté, elle avait tellement fait pour lui quand lui même était dans la merde – même si sur le coup, il n'avait pas pris ça comme une bonne chose de la part de la petite Carolina fillette gamine. C'était bizarre.

M'enfin, il se terra dans son silence après avoir réagi, songeur. Peut-être qu'il devrait accepter... elle lui ficherait peut-être la paix avec, non ? Et puis elle lui avait offert un t-shirt. Mais c'était comme si elle l'avait payé pour accepter alors.. Et il avait déjà passé toute la matinée dans le masque au Game Space, alors il n'avait pas réellement envie de l'enfiler.. Mais, bon. Elle l'avait bien plaqué, et son « s'il te plaît » avait semblé sincère et foncièrement affectif. Peut-être qu'il devrait céder. Il n'en savait trop rien, alors il se contenta de replier le t-shirt, en attendant qu'elle réagisse. Si elle ré-itérait sa demande, il cèderait peut-être. Même s'il ne voulait absolument pas qu'elle voit le processus qui se produisait quand le masque touchait son visage. Il y tenait trop à coeur pour laisser quelqu'un y assister... Mais zut! Carolina c'était une amie d'enfance, elle avait bien le droit de voir. Mais il allait se sentir épié, s'il enfilait le masque. Genre, poussé sur une scène invisible avec un projecteur pour le mettre bien en évidence. Et il ne voulait pas.

Puis, son maître avait bien dit, dans son jeu, de ne pas laisser les autres faire le lien entre lui et... Roh, mais zut alors. Il prit un moment pour s'arrêter et fixer Carolina, songeur. Puis il baissa le regard. Ouais, non. N'y pense même pas. « Je sais pas trop, Carolina... Je t'ai déjà expliqué pourquoi je veux pas qu'il y ait des gens qui regardent quand je le mets... » Il disait ça, mais il avait dit qu'il ne savait pas trop. Alors peut-être qu'il finirait éventuellement par craquer. Mais il se devait de résister encore. Non, parce que le masque... C'était son masque de jaguar, quand même. Il ne pouvait pas juste le mettre pour le mettre... Si ? Ah bon. Peut-être que oui, alors. Mais il ne voulait pas vraiment. Et pourtant.. Carolina était tellement insistante, qu'il finirait par céder, et il le savait. Alors, autant pousser l'échéance jusqu'au maximum.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar






MessageSujet: Re: knockin' on heaven's door (pv. King)   Sam 10 Déc - 22:00

Pour la deuxième fois en l'espace de quinze minutes, Carolina sentit les larges mains calleuses de King se refermer sur sa taille pour la soulever. Un air dépité passa sur son visage. Mais où était passé son sex-appeal ? Vu la tête qu'il tirait, ça semblait mort. Elle se laissa donc bien sagement faire quand il se redressa pour finalement lui refaire toucher terre, juste à côté de lui. Elle se contenta de ramener ses jambes contre sa poitrine et d'appuyer son menton sur ses genoux en l'observant attentivement de ses grands yeux bleu pâle. « Ca t'as pas suffi la frayeur de ta vie quand tu as essayé de l'enfiler toi ? » Elle enfonça la tête dans les épaules. Si elle avait été un félin, sans doute que ses oreilles se seraient écrasées contre sa tête. C'était un mauvais souvenir. Une fois, une seule, elle lui avait piqué son masque pour « voir comment ça faisait » et elle avait été traumatisée à vie. Elle était peut-être âgée d'une quinzaine d'années à ce moment-là, ça lui avait suffi. Depuis, elle avait strictement refusé d'y toucher ne serait-ce qu'une seule fois.

Le silence s'éternisa. La brunette se mordilla la lèvre nerveusement. Elle était têtue, mais King aussi, et s'il refusait sa demande, elle ne pourrait absolument jamais le faire changer d'avis. Pourtant, tout ça ne relevait absolument pas d'une curiosité malsaine ou que sais-je encore. Tout ce qu'elle voulait, c'était tenter de comprendre ce qui pouvait bien l'unir à ce drôle de masque qui prenait entièrement part au corps qui l'enfilait. De la même façon qu'elle aimerait lui faire comprendre le lien qui l'unissait à ses Pokémon... Mais pour le moment, elle préférait attendre qu'il reprenne la parole. On ne savait jamais.

« Je sais pas trop, Carolina... Je t'ai déjà expliqué pourquoi je veux pas qu'il y ait des gens qui regardent quand je le mets... » La championne se releva doucement et s'approcha de lui, l'obligeant à décroiser les bras pour s'emparer d'une de ses mains. Comparées à celles de King, ses propres mains lui semblaient absolument minuscules. Surtout une fois débarrassées des gants en cuir qu'elle portait habituellement. « Juste une seule fois. » Elle lui renvoya un nouveau regard insistant, sans lâcher sa main. « Une seule et unique fois, c'est tout ce que je te demande. » Elle finit par venir se blottir contre lui – une vieille habitude qu'elle avait prise étant petite. Quant elle lui demandait quelque chose et qu'elle voulait qu'il craque, elle finissait toujours par se coller contre son torse et s'accrocher à lui comme un petit singe. « Je veux juste essayer de comprendre... Mais t'as jamais été vraiment doué avec les mots, alors autant me montrer... »

Avec un petit soupir, elle appuya sa tête au niveau du cœur de King, les deux mains posées sur son poitrail. « Juste cette fois. Et je t'emmerderai plus jamais avec cette histoire. Promis. » Et Dieu savait que, quand elle faisait une promesse, elle la tenait. En fait, la seule qu'elle n'avait pas réussi à tenir était celle qui concernait ce fameux masque. King lui avait fait promettre de ne pas y toucher, et qu'est-ce qu'elle avait fait ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar






MessageSujet: Re: knockin' on heaven's door (pv. King)   Sam 10 Déc - 22:34

Touché. King avait touché Carolina en lui reprochant la seule promesse rompue : elle avait essayé d'enfiler le masque une fois, plus de 15 ans avant. Et elle en avait gardé un traumatisme profond. Lui aussi, la première fois qu'il l'avait enfilé, la première chose qu'il avait essayé de faire ç'avait été de le retirer. Et au bout d'un moment, il s'y était habitué, et maintenant, il vénérait le masque comme une sorte de chose religieuse. Mais, quand la jeune femme s'accrocha à ses mains, King ne put s'empêcher de soutenir le regard de Carolina. « Juste une seule fois. […] Une seule et unique fois, c'est tout ce que je te demande. » Et elle vint se blottir contre lui. Instinctivement, il referma ses énormes bras sur elle, l'enfermant dans une espèce de câlin protecteur. Il avait toujours aimé ces moments là, où Carolina venait le voir simplement pour un câlin. Mais là elle réclamait quelque chose. Elle s'accrocha ensuite à lui, et King leva les yeux au ciel sans qu'elle le voie – à cette allure là, c'était sûr et certain qu'il allait craquer! « Je veux juste essayer de comprendre... Mais t'as jamais été vraiment doué avec les mots, alors autant me montrer... »

Sympa. Mais il n'allait pas la contredire, lui n'avait pas été à l'école et tout ça, il avait grandi à la rue, tout seul comme un grand. Alors, normal que des fois il n'avait pas les mêmes images philosophiques que certains des autres personnages de jeu. Cependant, quand elle colla son oreille contre son coeur, King eu un sourire. Le genre de sourire affectueux qui signifie qu'il a décidé de craquer, parce qu'elle était tout simplement trop adorable. Même si, dans le fait, ce qu'il allait faire n'avait absolument rien de mignon ou de câlin. Il allait passer d'homme civilisé qui parle à espèce de bête mutante à tête de jaguar qui grogne – franchement, il ne comprendrait jamais pourquoi Carolina insistait pour qu'il lui montre. Il sentait la respiration de Carolina contre son torse dénudé. « Juste cette fois. Et je t'emmerderai plus jamais avec cette histoire. Promis. » Il soupira doucement, avant de frotter le dos de la jeune femme.

Certes, elle avait déjà fait une promesse qu'elle avait rompue... Mais il pouvait bien lui accorder le bénéfice du doute, après tout ce temps. Après tout, cette rupture remontait à plusieurs années, non … ? Il s'écarta légèrement de Carolina, avant de lui prendre les poignets pour qu'elle lui accorde toute son attention. Faisant en sorte qu'elle le fixe droit dans les yeux, King prit la parole pour la mettre en garde: « D'accord. Mais, par pitié, ne me touche pas tant que je te fais pas signe. » Il détourna le regard, afin de trouver ses mots pour expliquer pourquoi, puis fronçant les sourcils, il reprit tout en ramenant son regard dans celui de Carolina:

« Quand je l'enfile, les yeux et les oreilles se fusionnent aux miens, d'accord ? Alors, ça veut dire qu'à un moment, je suis aveugle et sourd. Alors, par pitié, ne me touche pas, sinon je vais te balancer contre le mur. » Au moins, c'était clair. Il lui adressa un sourire nerveux, avant de tourner le dos à la jeune femme, puis tirer le tiroir qui contenait le sac en soie. Il se retourna vers elle, sans relever le regard vers elle, puis retira le masque délicatement de l'emballage en soie.

Vu comme ça, on aurait plutôt dit une espèce de fourrure pour un vêtement en fourrure, mais dès qu'il le déplia, les yeux et les oreilles semblèrent prendre vie. King sentit un picotement dans ses doigts – le masque avait compris que King allait l'enfiler, et il réagissait. C'était bizarre comme sensation. King releva le visage vers Carolina, comme pour qu'elle lui confirme ce qu'elle réclamait depuis quelques minutes déjà. Gardant le masque sur une main, il défit le bouton de son pantalon, avant de relever les yeux vers Caro, un sourire gêné sur le visage. Bah oui, fallait bien que la queue de jaguar puisse se libérer, et dans le jean, ce n'était pas vraiment la meilleure chose.. Alors il avait simplement défait son pantalon. Certes, les hanches le retenaient encore, mais bon, voilà quoi.

« Allez. C'est parti. » fit-il, plutôt pour lui même que pour Carolina, en se reculant d'un pas, puis, écartant les bords du masque, il plongea sa tête à l'intérieur, les yeux fermés. Immédiatement, il sentit l'adrénaline le frapper, son corps réagissant au contact du masque, sentant les milliers de petites mains qui s'accrochaient à sa peau, les nerfs qui s'élançaient, son visage qui se décomposait pour faire union avec la matière du masque. Il sentit sa colonne vertébrale réagir, avec les picotements qui descendirent jusqu'au bas du dos. Tirant légèrement, jusqu'à ce que le bas du masque touche, devant, les limites de ses clavicules, et dans le dos, la hauteur de sa nuque, il baissa la tête, avant de se retourner. Oui, non, comme si ça allait le cacher.

En réalité, le fait de se retourner donnait à Carolina une vue plongeante sur les pixels qui se créaient, qui s'accrochaient les uns aux autres à partir du bas de son dos pour créer la magnifique et soyeuse queue de jaguar. Cessant de respirer pendant une dizaine de secondes, le temps que les voies aériennes se connectent, sa vue cessa, puis son ouïe. En gros, il se retrouvait en apnée, aveugle et sourd à la fois – parlez d'un sentiment de claustrophobie. Puis.

Petit à petit, son ouïe revint, plus fine, plus nette. Plus.. précise. Et, il sentit soudainement les muscles de la queue, quelque part, dans l'arrière de son cerveau, et elle battit l'air instinctivement, violemment, de droite à gauche. Et, encore, ses oreilles se plaquèrent contre son crâne, avant qu'un soufflement rauque ne s'échappe d'entre ses babines. Serrant les mâchoires, ses paupières finirent par vibrer, après quoi, les billes vertes que représentaient ses yeux se posèrent sur Carolina.

C'était un sentiment bizarre de savoir qu'elle avait tout vu, tout analysé. Tout compris, espérait-il. Parce que là, pas de quoi capable de lui expliquer : elle avait dû le sentir vulnérable. Un mec taillé comme lui, près de 2 mètres de haut et plus de 100 kilos, qui se retrouve sourd et muet et aveugle, et aussi, qui ne peut pas respirer pendant quelques secondes... Pas étonnant qu'elle ait été traumatisée. La queue de jaguar siffla, puis lâchant les mains le long de son corps, King se retourna entièrement, pour qu'elle visualise bien la différence. La chair du masque s'était fusionnée à la sienne, et, si jamais elle tentait de fourrer sa main entre les deux matériaux, à niveau des clavicules, elle ne pourrait pas. Si elle insistait, elle arracherait la peau et il commencerait à saigner. Relation fusionnelle ? Carrément.

Il émit une plainte aiguë. Comme pour dire 'et voilà'. Les oreilles toujours plaquées contre le crâne, toujours incertain de ce qu'il devait faire maintenant. Il n'avait jamais fait ça avant. Montrer à quelqu'un comment ça faisait. Ce n'était pas juste enfiler un costume.. C'était bien plus que ça.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar






MessageSujet: Re: knockin' on heaven's door (pv. King)   Sam 10 Déc - 23:32

Elle était bien, là, contre lui. Avec ses bras qui l'entouraient. Elle avait l'impression de redevenir une gamine. Elle avait toujours ressenti cette impression de sécurité, dans ses bras. C'était étrange... Et en même temps, plutôt agréable. En temps normal, elle se serait tout bêtement endormie dans ses bras mais là, ce n'était vraiment pas le moment. Elle était en pleines négociations... La dresseuse sentit d'abord les grandes paluches de King frotter son dos avant de se refermer sur ses épaules pour l'écarter légèrement de lui, et enfin sur ses poignets. Curieuse, elle fronça les sourcils en plantant ses yeux dans les siens. « D'accord. Mais, par pitié, ne me touche pas tant que je te fais pas signe. » Cette fois, elle haussa les sourcils. Drôle de demande. « Quand je l'enfile, les yeux et les oreilles se fusionnent aux miens, d'accord ? Alors, ça veut dire qu'à un moment, je suis aveugle et sourd. Alors, par pitié, ne me touche pas, sinon je vais te balancer contre le mur. »

Une drôle de grimace ourla ses lèvres. « C'est compris. J'ai pas envie de me retrouver avec des bleus... » Et, surtout, si King la frappait, elle ne savait absolument pas comment elle réagirait. Mal, sans doute. Après quoi, elle se contenta de s'asseoir en tailleur sur son lit, le menton calé au creux d'une main. King était allé chercher son masque dans son tiroir. Ses joues prirent une belle couleur rouge vif quand il déboutonna son jean, ce dernier glissant de quelques centimètres. Non, Caro, mauvaise idée, garde les yeux fixés sur son visage... Son visage, nom de Dieu ! « Allez. C'est parti. »

Immédiatement, la jeune femme se redressa pour suivre le processus de ses grands yeux trop pâles. Silencieusement, presque en retenant sa respiration, elle l'observa enfiler le masque, la tête légèrement penchée sur le côté. C'était littéralement fascinant. Voir la fourrure se fondre avec la peau et la queue de jaguar se créer pixel par pixel... Vraiment sidérant. Elle comprenait mieux pourquoi il refusait d'avoir du public, habituellement. Juste un peu.

Carolina n'osa se lever que quand il se tourna vers elle et poussa une drôle de plainte aiguë. Doucement, elle se remit sur ses pieds et s'avança vers lui, jusqu'à n'être postée qu'à quelques centimètres de son corps, puis leva une main afin de la poser sur sa joue. La sensation de la fourrure sous ses doigts était plutôt plaisante. C'était doux... Ses moustaches lui chatouillaient légèrement la paume, si bien qu'elle descendit la main sur sa gorge, jusqu'à l'endroit où les poils dorés laissaient la place à la peau de King. Elle traça du bout des doigts la frontière, étonnée de ne pas pouvoir y glisser ne serait-ce qu'un ongle. « C'est... stupéfiant. »

Et elle pesait ses mots. Elle releva les yeux sur le faciès de jaguar qui la surplombait, puis posa ses deux mains bien à plat au niveau de ses clavicules. « Fascinant et effrayant à la fois... Je me demande comment tu fais. Question d'habitude, je suppose... » murmura-t-elle, plus pour elle-même qu'autre chose. Enfin, elle se dressa sur la pointe des pieds pour plaquer un baiser sur son museau. « Merci. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar






MessageSujet: Re: knockin' on heaven's door (pv. King)   Sam 10 Déc - 23:58

C'était un sentiment étrange, de savoir que quelqu'un avait assisté à cette scène. D'habitude, King le faisait en sa seule et propre compagnie, loin des projecteurs. Que Carolina l'ait vu faire.. Ce n'était pas déplaisant. Simplement, c'était... nouveau. En voyant la dresseur se lever du lit où il avait été assise, en tailleur, pour venir, une main levée, flatter la fourrure qui constituait ses joues.. Il se mit à ronronner. Aussi simplement que ça : après tout, les jaguars n'étaient-ils pas des félins ? Lointains descendants des chats, ils avaient le même mode d'expression. Depuis les profondeurs de sa gorge, le ronronnement s'interrompit lorsqu'elle toucha ses moustaches, et il montra légèrement les crocs. C'était sensible ces trucs là ! Il comprenait parfaitement les chiens et chats qui s'énervaient quand les gamins leur tiraient les moustaches. C'était vraiment sensible. Puis, lorsqu'elle glissa délicatement sa main sur sa fourrure, il la sentit descendre... Comme si elle touchait sa peau. Il sentait chacun de ses mouvements. Et elle devait sentir son pouls, qui battait la chamade, sous cette fourrure dorée.

Elle marqua la limite entre la fourrure et la chair, de ses doigts, et King émit une espèce de plainte, grognant. Il ne voulait pas qu'elle tente de soulever la chair – ce n'étaient que ses doigts à lui qui y arriveraient – et si elle tentait, elle lui ferait du mal. « C'est... stupéfiant. » Les oreilles de King se redressèrent, comme un cheval curieux. Les mains posées sur ses clavicules, il sentait le parfum de Carolina plus clairement grâce à son museau de jaguar. « Fascinant et effrayant à la fois... Je me demande comment tu fais. Question d'habitude, je suppose... » Et puis, elle fit quelque chose, une chose à laquelle King ne s'attendait absolument pas. Elle déposa un léger baiser sur son museau humide... Il émit un ronronnement, plus marqué... avant que sa queue de jaguar, par réflexe, ne tape dans la lampe de chevet qui se trouvait sur la table basse à côté de son lit. Il n'avait pas l'habitude d'être dans un endroit avec des objets partout, et, puisqu'il ne maîtrisait pas réellement sa queue de jaguar... forcément, ce qui devait arriver arriva, et la lampe chuta au sol. D'un réflexe félin, il se recula pour rattraper l'objet, et alors qu'il aurait gémit avec ses cordes vocales humaines, lorsqu'il cogna son genou dans le bord du lit, il rugit.

Le genre de rugissement que pousserait un jaguar en train de chasser sa proie, si vous voyez. Accrochant la lampe de sa grande main, il resta à genou quelques secondes, tentant de se remettre de l'émotion. Fichus réflexes. Il reposa délicatement la lampe sur la table de chevet, le grognement s'étouffant petit à petit dans le fond de sa gorge, avant de se redresser et fixer Carolina, espérant ne pas l'avoir effrayée – enfin, elle l'avait suffisamment vu rugir et frapper des poings contre le mur qu'elle devait avoir l'habitude. Mais là, il lui avait pratiquement rugit à la gueule. Ca avait forcément dû la surprendre. Une oreille dressée, l'autre plaquée contre le crâne – pour marquer son désarroi – King fit la grimace, les crocs s'emboîtant, les babines relevées. Comme s'il avait mordu dans quelque chose d'acide. Puis il claqua des mâchoires, en secouant la tête. Qu'il était con, quand même. Il aurait pu faire gaffe.

Mais non, il avait fallu qu'il ne fasse pas attention, et il avait donné un coup dans la lampe. Attrapant la queue de jaguar d'une main, il s'assit sur le lit avant de se passer les mains sur le visage. Enfin, sur le pelage. Fermant les paupières, en inspirant profondément, il siffla légèrement. Il était fatigué, mouais. Bof. Il était plus déçu de lui même. Il lâcha la queue, qui se posa sur le lit en large, et se mit à aller de droite à gauche, tout doucement. Comme un chat posé sur un lit. Il releva le regard vers Carolina. C'était CHIANT de ne pas pouvoir parler avec ce putain de masque. Mais aussi, les disneys ils sont comiques. Les animaux ça ne parle pas. Alors, pourquoi est-ce que lui il serait capable de parler ? Il était parfois jaloux des personnages de jeu qui étaient animaux dans le jeu et qui conservaient leurs cordes vocales. Mais non, il avait fallu que Namco, les producteurs de Tekken, décident que lui, il s'exprimerait par des grognements. Le joueur aurait des sous-titres. Mais au Central, y avait personne pour taper les sous-titres. Alors, il y allait au feeling.

Un jappement s'échappa d'entre les babines de King. Il se sentait réellement con. Il se gratta la tête, gêné. Puis lança un regard à Carolina du genre 'c'est bon, je peux enlever le masque maintenant ?' Mais en même temps, il venait de l'enfiler. Pas sûr que le matériau du masque soit facile à enlever, il le gardait en général au moins une petite demie heure... Elle n'allait quand même pas lui demander de dîner avec ce truc sur la tête, si ? Le carnage. Vous voyez la Bête qui boit la soupe dans la Belle & la Bête ? Imaginez ça. En dix fois pire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar






MessageSujet: Re: knockin' on heaven's door (pv. King)   Dim 11 Déc - 0:34

Carolina ne put s'empêcher de glousser légèrement quand la queue de jaguar de King balança malencontreusement une lampe sur le sol, manquant ainsi de la réduire en miettes. Il avait l'air tellement pataud, pour le coup ! Elle avait plutôt l'habitude de le voir comme un homme souple et plutôt maître de ses mouvements. Mais là... C'était un peu le contraire. A croire qu'il n'avait pas l'habitude d'être dans un espace aussi exigu. Elle ne réagit même pas quand, en guise de gémissement de douleur, il rugit avec force. Elle commençait un peu à avoir l'habitude, avec lui... Elle lui renvoya simplement un sourire rassurant. Il ne fallait pas qu'il s'inquiète autant. Elle avait survécu à trois ans de voyage en solitaire – ou presque, puisque Inezia avait fini par la rejoindre – dans toute la région d'Unys. Elle avait combattu plusieurs centaines de Pokémon et de dresseurs en l'espace de dix-sept ans, alors franchement, ce ne serait pas un petit rugissement de temps en temps qui l'achèverait !

Presque tout de suite après que King se soit assis sur son lit, la brunette vint s'installer sur ses genoux, la tête appuyée sur son épaule. Comme quand elle était petite. Elle avait gardé cette habitude de se caler sur ses genoux et de se laisser bercer par le rythme de son cœur. Quand il s'était fait tatouer, elle avait commencé à s'amuser en retraçant du bout des ongles les lignes formées par l'encre noire sous sa peau. Des petits rituels, comme ça, dont elle n'arrivait pas à se défaire, même si King avait aujourd'hui trente-et-un ans, et elle vingt-sept. Il fallait dire qu'ils se connaissaient depuis toujours, pour ainsi dire. Elle avait du mal à estimer une période de sa vie où King était absent. Il n'y en avait véritablement aucune. Et ce n'était finalement pas plus mal. Elle avait du mal à concevoir l'idée même d'une vie sans lui, maintenant. En tant qu'ami ou comme amant... Elle s'en moquait pas mal, tant qu'il restait là.

Carolina finit par jeter un coup d'œil par-dessus l'épaule du combattant, curieuse. Elle suivit un moment le mouvement de la queue qui allait et venait sur les draps, avant de se pencher et de l'attraper adroitement, serrant les doigts juste assez pour qu'elle ne lui échappe pas, mais pas suffisamment pour lui faire mal. Oui, elle se retrouvait comme une gamine qui essayait d'attraper la queue du chat familial, à la différence près que là, elle y était parvenue. Après quoi elle se réinstalla confortablement sur les cuisses de King en poussant un petit soupir. « J'suis fatiguée... » A tous les coups, elle allait s'endormir comme ça, dans cette position.

Et ça n'y manqua pas. Cinq minutes plus tard elle dormait profondément, le nez calé au creux du cou de King, la queue de jaguar serrée contre sa poitrine façon doudou. Une vraie gosse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar






MessageSujet: Re: knockin' on heaven's door (pv. King)   Dim 11 Déc - 0:58

Lorsqu'il s'assit sur son lit, Carolina ne mit pas longtemps avant de venir se percher sur les genoux de King. Comme quand elle était gamine et qu'elle venait se mettre dans ses bras, pour qu'il lui raconte une histoire, ou qu'elle lui explique le monde qu'elle apprenait. Ca faisait peut-être un peu puéril. Lui, trente-et-une années, elle, vingt-sept. Bah. Tant pis, hein ? Et puis, de toute façon, à part les premières années de sa vie.. Il ne se souvenait pas d'un moment où Carolina avait été absente. Il se souvenait de ses neuf, dix, premières années, passées seul dans la rue. Pauvre gosse, incapable de s'en sortir au départ, puis qui s'endurcit, et, d'un coup d'un seul, cette gamine de 4 ans, qui a laissé la main de maman pour venir lui poke'r le bras pour lui demander ce qu'il faisait tout seul, et où étaient ses parents. A 10 ans, King savait déjà beaucoup de choses. Par rapport à la fillette de 4 ans, beaucoup trop peut-être. La différence d'âge, ça paraît pas beaucoup, 4 ans. Mais entre les enfants, c'est énorme. Et, peut-être que la fraternité qui s'installa ce jour là n'avait jamais cessé.

Fermant les yeux en accrochant ses mains pour retenir la jeune femme contre ses genoux, il se mit à ronronner doucement. Ouais, il irait au lit sans manger, parce que là, il était juste trop bien.. Mais dormir avec le masque.. Bonne idée.. Oh, il n'en savait trop rien. Il n'avait jamais tenté. Soudain, il sentit une pression, qui le fit réagir, et il tourna la tête pour voir ce que c'était. Simplement Carolina qui avait attrapé la queue de jaguar et qui la serrait pour l'immobiliser. Claquant des mâchoires, il tenta de la défaire des mains de la jeune femme, mais elle serrait suffisamment fort pour qu'il n'y arrive pas. Elle laissa ensuite un « J'suis fatiguée... » lui échapper des lèvres, et King fit une espèce de grognement fraternel, en raffermissant ses gros bras autour du corps de Carolina pour l'empêcher de tomber, si jamais elle s'endormait. Elle ramena la queue de jaguar contre ses seins, et, fermant les mâchoires, et, quelques minutes plus tard, King sentit le dos de Carolina lâcher entièrement. Et le poids entier de la jeune femme revint sur ses bras.

Le silence s'installa dans l'appartement, et à part son ronronnement à lui, rien ne semblait vouloir interrompre la quiétude des lieux. Il sentit ses paupières lourdes. Avec la respiration rythmée de la jeune femme dans le creux de son cou, il se sentait bercé. Sa de jaguar queue coincée dans les mains de Carolina, il n'avait pas à s'inquiéter qu'elle aille taper dans une lampe..

Alors, petit à petit, il sentit le voile du sommeil s'emparer de ses idées. Sa mâchoire claqua une dernière fois. Avant de s'ouvrir en grand, dans un bâillement digne des plus beaux lions africains. Dévoilant toute sa dentition, la langue légèrement sortie, les babines se retroussant par dessus les gencives. Puis, comme pour confirmer l'atmosphère générale, les yeux se fermèrent petit à petit... Et King se sentit tomber dans les méandres du sommeil, doucement. A son tour, il sombra, éventuellement...

Sauf que lui, personne ne le retenait. Alors, il tomba sur le côté, emportant Carolina avec lui dans sa chute, et, tombant sur l'une de ses épaules, il la lâcha sans faire exprès. Son visage s'étira dans un autre bâillement, avant qu'il ne serre les poings, s'endormant profondément sur le champ.. Les oreilles de jaguar se replièrent sur son crâne, avant de se relâcher entièrement. Sa respiration se fit plus rythmée.

Et, enfin, pour conclure le tout, un léger jappement s'échappa de ses babines. Comme pour confirmer son endormissement... Ayant complètement cédé au sommeil, en oubliant Carolina qui s'était installée sur ses genoux...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar






MessageSujet: Re: knockin' on heaven's door (pv. King)   Dim 11 Déc - 13:26

« Aïe ! » Ce fut sa violente rencontre avec le sol qui tira Carolina du sommeil le lendemain matin. Elle se frotta douloureusement l'arrière de la tête, les yeux encore bouffis de sommeil, extrêmement mal réveillé. Elle avait des courbatures, aussi. Avec un petit soupir, elle jeta un coup d'œil au lit qu'elle avait squatté pour la nuit. King était étalé sur le ventre, les bras et les jambes largement étendus. Pas étonnant qu'elle ait fini par se casser la figure, tiens. Mais il y avait autre chose.

Elle avait fait des rêves particulièrement mauvais. Si elle était aussi courbaturée, c'était sans doute parce qu'elle avait gigoté toute la nuit... Elle se souvenait vaguement d'une masse sombre qui la submergeait totalement et l'enfermait dans une pièce exiguë, sans fenêtres, avec un seul et unique accès plus que minuscule. Elle qui était claustrophobe, pas étonnant que les rêves se soient transformés en cauchemars. La journée commençait bien... Elle fit d'abord un saut par son propre lit pour récupérer sa peluche grandeur nature de Lakmécygne, avant de venir s'asseoir au bord du matelas de King. Il avait gardé son masque pour la nuit, plutôt étrange venant de sa part.

« Me demande à quoi tu rêves... » Un simple murmure dans le silence de la chambre. En effet, le jaguar poussait des petits jappements étranges, plutôt mignons dans leur genre, qui amenèrent un faible sourire sur les lèvres de la jeune femme. Une main collant sa peluche contre elle, l'autre se faufila dans la fourrure dorée de son cou, remontant à rebrousse-poil jusqu'au sommet de sa tête qu'elle gratta doucement du bout des ongles. Mais pour le coup, elle ne se sentait pas forcément mieux. Au contraire.

Un air pensif et plutôt mélancolique s'afficha sur le visage de la championne. Elle n'avait envie de rien. Un coup de blues énorme. Machinalement, elle tira sur les oreilles de King à la façon de Simba dans Le Roi Lion, quand son père meurt. Elle commençait à être vraiment fatiguée sur le plan du moral. Sa patience était sévèrement entamée, et rien ne disait qu'elle en aurait encore suffisamment. « Je t'aime... » lança-t-elle à tout hasard. C'était la première fois qu'elle le disait aussi spontanément, aussi franchement. « Je t'aime et tu vois rien... Absolument rien... Faut croire que je garderai éternellement le rôle de la petite sœur de cœur... La gamine têtue qui t'emmerdait... »

La gorge de Carolina se serra et elle dut inspirer longuement pour ne pas craquer et éclater en sanglots. A la place, elle se contenta de tirer un peu plus fort sur l'oreille dont elle s'était emparée, secouant vaguement la tête de King sous l'effet. Puis vinrent le tour des babines qu'elle souleva, puis des moustaches qu'elle tira à son tour. C'était un moyen comme un autre de le réveiller, remarquez. « Debout... »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar






MessageSujet: Re: knockin' on heaven's door (pv. King)   Dim 11 Déc - 14:11

« Me demande à quoi tu rêves... » Les oreilles de King bougèrent légèrement. A l'intérieur de sa tête, c'était particulièrement … calme. Les jappements étaient délicats et agréables, mais pour être honnête, il n'y avait pas vraiment de chose oppressante dans son rêve. Simplement une grande étendue verte. Puis, des rires d'enfants. Il était vrai que les gamins de l'orphelinat dans le Game Space lui manquaient. Comme les pokémons à Carolina. Tous les gosses sans parents pour lesquels il avait la responsabilité... Ils lui demandaient toujours comment c'était au Central, pourquoi il n'était pas toujours avec eux. L'un d'entre eux, le plus vieux des enfants, lui avait un jour demandé si King voulait des enfants. Il avait répondu qu'il aimait les orphelins comme les siens, et qu'il ne se sentait pas tout à fait prêt à avoir le sien.

Puis, une main qui se glisse le long de sa nuque. King émit un jappement de plaisir, avant de tourner légèrement le crâne, enfonçant ses babines contre l'oreiller. Avant de se retourner à nouveau, à plat sur le ventre, bras étendus de long en large de son lit. Lorsque Carolina lui gratta la tête, d'instinct, il commença à ronronner. Même s'il était profondément endormi. Sa queue de jaguar confirma le sentiment d'aise en se mettant à aller de droite à gauche, à un rythme régulier. Le ronronnement cessa lorsqu'elle lui tira l'oreille. Retroussant les babines, comme pour menacer un adversaire fictif, il émit encore un jappement, faussement menaçant, encore endormi. Peu importe, en fait.

« Je t'aime... » Pour masquer le mot, peut-être, il émit un jappement plus fort que les précédents, à la manière d'un chiot qui rêve quelque chose d'agréable. Ses oreilles se plaquèrent contre son crâne, mais pas comme quand les animaux ont peur, plutôt lorsqu'ils sont à l'aise. « Je t'aime et tu vois rien... Absolument rien... Faut croire que je garderai éternellement le rôle de la petite sœur de cœur... La gamine têtue qui t'emmerdait... »

Puis, le jappement se transforma en gémissement lorsqu'elle tira l'oreille. Puis, il sentit quelque chose qui lui tirait la babines, et instinctivement, il se mit à mordiller le doigt de Carolina, sans lui faire de mal. Simplement, pour montrer qu'il le sentait et que c'était gênant pour dormir. Lorsqu'elle tira les moustaches, il retroussa les babines encore une fois, avant de claquer la mâchoire, et, attrapant l'oreiller, il le plaqua au dessus de sa tête, comme pour se cacher du monde pour continuer à dormir.

« Debout... » La respiration sifflant – bah oui, plaquez un museau de jaguar contre un matelas, dîtes m'en des nouvelles – il se redressa légèrement en s'appuyant sur les coudes, avant de secouer la tête. Bâillant à s'en décrocher la mâchoire, il dévoila sa dentition de jaguar, avant de lancer un coup d'oeil fatigué et endormi autour de lui. Voyant Carolina assise sur le bord du lit et qu'elle tenait sa peluche de pokémon dans les bras, il voulut lui demander ce qu'elle faisait là mais.. à la place de mots, ce fut un espèce d'aboiement qui s'échappa d'entre ses lèvres, et il fronça les sourcils. Il se passa la main sur la nuque, comme pour confirmer ses doutes, puis claqua des mâchoires. Ah ben oui, il avait dormi avec le masque. Ouais, non, il avait vraiment dû être crevé, parce que là..

Sa queue de jaguar frappa le bras de Carolina, et il lança un coup d’œil à celle ci. La dresseuse n'avait pas l'air bien motivée de mon matin. Il se redressa en se frottant les yeux des mains, avant de surprendre Carolina par une lechouille sur la joue. Il se pencha pour attraper le t-shirt qu'elle lui avait acheté la veille au soir, avant de l'enfiler – tant bien que mal, sa gueule de jaguar passant à peine par le trou – puis il se gratta la gorge, passant ses mains dans la fourrure. En plein hiver, il était sûr et certain que s'il se baladait dehors avec ça sur le crâne, il n'avait pas besoin d'écharpe. Il détourna ses yeux verts vers Carolina, et, les oreilles redressées vers elle, il tenta de se faire comprendre : comment est-ce qu'elle allait ? Probablement pas mal dormi. Mais il se souvint qu'il s'était endormi à son tour en la lâchant, et alors du coup il regarda par terre, puis Carolina, tentant de lui montrer le lien. Punaise, qu'est ce que c'était chiant de pas pouvoir parler avec ce putain de masque sur la gueule !

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar






MessageSujet: Re: knockin' on heaven's door (pv. King)   Dim 11 Déc - 14:51

Il adoptait vraiment la majeure partie des réflexes du jaguar, une fois le masque sur la figure. Carolina le laissa sagement mordiller son doigt, bougeant légèrement ses phalanges sous la légère pression des crocs aussi pointus que des couteaux, sans pour autant sourire. Oh, elle était attendrie, il fallait l'avouer – ce n'était pas tous les jours que monsieur le commissaire Collins se laissait aller à tant d'expression – mais elle était surtout complètement déprimée. Si elle s'écoutait, elle resterait terrée sous sa couette pour toute la journée. Mais elle avait des cours à assurer à la maternelle. Et elle risquait fort d'être appelée à n'importe quel moment. Elle se contenta donc d'enfoncer un peu plus sa tête entre ses épaules, ses cheveux bruns formant comme un rideau autour de son visage. La sensation d'avoir le cœur pris dans un étau était particulièrement désagréable.

Ce fut un petit coup contre son bras qui la tira de ses songes bien mélancoliques. Surprise, elle se redressa, pour découvrir un King réveillé. Encore dans le pâté, certes, mais réveillé. Oh bon sang. Et s'il avait entendu sa déclaration improvisée ? Apparemment non, puisqu'elle reçut un bon coup de langue sur la joue. En temps habituel, elle se serait insurgée – faussement – avant de répliquer avec un énorme câlin. Là, elle ne répondit rien, se contentant de caler son menton au creux de ses paumes. Ouais, vraiment patraque, la Caro. Elle l'observa enfiler son t-shirt tout neuf sans sourciller. Et voilà qu'elle devait décrypter ses expressions faciales... Les oreilles ? « Pas super... Cauchemardé toute la nuit. Mais bon ça va s'arranger... » De toute façon, avec elle, ça s'arrangeait toujours, non ?

La championne était bien connue pour être d'un optimisme à toute épreuve. Rares, très rares étaient ceux qui l'avaient vue pleurer un jour. Ses parents, évidemment, Inezia, Luigi et King. Ni plus ni moins. Mais là, ses yeux la piquaient désagréablement, tant et si bien qu'elle se leva brutalement du lit, laissant sa peluche choir au sol. « J'ai gigoté toute la nuit, j'ai fini par tomber du lit ce matin, ça m'a réveillée. Rien de bien grave en somme. »

Plongeant le nez dans ses tiroirs, Carolina en tira ses vêtements de championne, qu'elle enfilerait comme d'habitude sous une tenue plus passe-partout – ça lui évitait de devoir se changer dans les vestiaires de la zone de retour. Elle attrapa ensuite uniquement un soutien-gorge puisqu'il était impossible de mettre quelque sous-vêtement que ce soit sous son short, et s'empara d'une serviette de bain. « Je vais me doucher... Tu pourras enlever ton masque tranquille comme ça. A tout à l'heure. »

Sans plus de considérations, elle s'enferma proprement dans la salle de bains. Toutefois, elle attendit de s'être déshabillée et glissée sous la douche pour craquer une bonne fois pour toutes. Accroupie sous le jet d'eau, la tête entre les bras, elle laissa le premier sanglot secouer ses épaules silencieusement. Qu'est-ce que ça pouvait faire du bien de se laisser aller de temps en temps. Carolina Jacobson, sombre conne !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar






MessageSujet: Re: knockin' on heaven's door (pv. King)   Dim 11 Déc - 15:30

« Pas super... Cauchemardé toute la nuit. Mais bon ça va s'arranger... » Un aboiement plaintif s'éleva des profondeurs de la gorge de King, pendant qu'il rabattait ses oreilles sur son crâne. Puis, elle se leva brutalement du lit en annonçant que « J'ai gigoté toute la nuit, j'ai fini par tomber du lit ce matin, ça m'a réveillée. Rien de bien grave en somme. » Retroussant les babines, pas content du fait qu'elle soit tombée du lit, King grogna pour montrer son mécontentement. Elle se plongea dans un tiroir, avant d'aller vers la salle de bain, annonçant par la même occasion que « Je vais me doucher... Tu pourras enlever ton masque tranquille comme ça. A tout à l'heure. » Ni plus ni moins.

Ouais, non, il y avait un truc qui clochait chez la jeune femme. Vérifiant qu'elle avait bien fermé la porte de la salle de bain, King leva les mains jusqu'à la limite entre la fourrure et la peau, et, attrapant les poils, doucement, il sentit la rupture commencer. C'était difficile à expliquer. Mais le matériau du masque avait été posé plus longtemps que d'habitude, et, donc, du coup, c'était plus facile de l'enlever. Il se retrouva aveugle et sourd à la fois rapidement, mais, en quelques secondes, il pouvait respirer de lui même. Ayant retrouvé sa vue et sa propre bouche, il s'humidifia les lèvres en passant la langue dessus. Il plia délicatement le masque, religieusement, et le fourra dans la sacoche en soie. Il plaqua ses paumes contre les yeux pour chasser les dernières traces du sommeil, puis il re-boutonna son pantalon. Puis, il se leva et se rapprocha de la porte vers la salle de bain. Quelque chose clochait chez Carolina. Et il l'avait compris tout de suite. Il toqua du poing, doucement, contre la porte.

« Carolina ? Tout va bien? » Les sourcils froncés, il était inquiet pour elle. Elle n'avait pas l'air dans son assiette. Quelque chose résonna dans sa tête, puis il se rendit compte qu'il avait rêvé qu'elle lui déclarait sa flamme. Dieu qu'il espérait que ce n'était qu'un rêve. Parce que si elle était amoureuse de lui... Oh dieu. Il fronça les sourcils à nouveau, en s'asseyant sur les fesses, adossé à la porte de la salle de bain.

Il reprit la parole. « T'as pas l'air dans ton assiette ce matin, Caro. » Oui, non, il était inquiet pour elle. C'était pratiquement un grand frère pour elle, et qu'il la sache dans un tel état, ça ne le rassurait pas. Est-ce qu'il avait fait une connerie pendant la nuit ? Il se passa la main dans la nuque, il avait dormi de travers aussi, mais il avait dormi, c'était déjà ça de gagné, trouvait-il. Il devait aller au commissariat aussi. Il accompagnerait Carolina à la maternelle, puis il irait au Commissariat, sac de Game Space sur le dos. Il y avait son costume de catcheur jaguar à l'intérieur. Il plia ses poings, avant de se frotter les bras. Il faisait frisquet quand même.

Il se mordit la lèvre en laissant sa tête reposer contre la porte. Il se sentait con quand même. Fatigué comme il l'avait été, hier soir, il n'aurait peut-être pas dû céder.. Tant pis. Ce qui était fait était fait.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar






MessageSujet: Re: knockin' on heaven's door (pv. King)   Dim 11 Déc - 16:10

« Carolina ? Tout va bien? » Elle retint un fou rire nerveux, se contentant de se laisser tomber sur les fesses, le dos collé contre le carrelage qui recouvrait le mur. Tout va bien... Ouaip. Comme sur des roulettes. Elle était juste raide amoureuse de lui depuis quelques années mais n'osait toujours pas lui dire. Parce que de toute façon, elle était quasi certaine que King ne la voyait que comme une petite sœur. Et vous vous tapez souvent votre petite sœur, vous ? Ouais, hein, on est d'accord. Piteusement, elle renifla bruyamment et ramena ses jambes contre elle en refermant les robinets d'eau. « Ca va. J'suis juste fatiguée, c'est rien... » Tu parles d'une excuse. En plus avec la voix qui tremblote... Peut faire mieux, Caro.

Et apparemment, King pensait exactement la même chose. « T'as pas l'air dans ton assiette ce matin, Caro. » Un long soupir passa les lèvres de Carolina, qui se recroquevilla un peu plus sur elle-même, les bras autour des jambes et la joue appuyée contre ses genoux. « Je sais... Je sais pas... j'ai pas la forme... Ca irait sans doute mieux si j'avais mes Pokémon près de moi. T'as de la chance de pouvoir ramener de ton jeu une... partie de toi, en quelque sorte. J'aimerais faire la même chose avec Lakmécygne, Déflaisan et Rhinolove. » Dans ce genre de passage à vide, Dieu seul savait à quel point elle aimerait avoir ses Pokémon H24 avec elle au Central. Mais la porte d'entrée leur restait interdite.

Lentement, la brunette finit par se remettre sur ses pieds. Elle emballa ses longues mèches imbibées d'eau dans une serviette, utilisant la seconde pour se sécher rapidement. Vint ensuite le temps de l'habillage. Elle enfila rapidement son short et sa veste bleus de championne, puis installa son harnais. D'abord les cuisses, ensuite le ventre, et enfin les bretelles qui passaient sur ses seins. Il risquait d'être trop petit une fois arrivée dans le Game Space, mais tant pis. Elle prit juste le temps de ramener ses cheveux en une grossière queue de cheval sur le côté droit de sa tête, qu'elle coifferait ensuite en forme de chignon au cas où elle serait appelée dans son jeu. Elle ne prit pas la peine de jeter un coup d'œil dans le miroir. Peut-être qu'elle aurait dû.

Parce que franchement les yeux rouges et gonflés, ça passe mal. Avec en plus les cheveux complètement détrempés qui vous donnent un air de chien abandonné sous la pluie... Ouais, quelque chose allait définitivement mal chez elle. En ressortant, elle se prit les pieds dans les longues jambes de King et manqua s'étaler proprement au sol. « Nom d'un Groudon, t'aurais pu prévenir que t'étais derrière la porte ! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar






MessageSujet: Re: knockin' on heaven's door (pv. King)   Ven 16 Déc - 22:17

« Ca va. J'suis juste fatiguée, c'est rien... » Oui, non. Sûr et certain maintenant ! Quelque chose n'allait vraiment pas. Qu'est-ce qu'il aurait voulu aller juste taper des gens dans son jeu là. Utiliser son corps, faire du sport, sentir l'endorphine et l'adrénaline et la testostérone circuler dans son organisme. Et ne pas être coincé dans l'appartement avec Carolina. Parce que quelque chose clochait réellement chez elle. Et il craignait le pire. « Je sais... Je sais pas... j'ai pas la forme... Ca irait sans doute mieux si j'avais mes Pokémon près de moi. T'as de la chance de pouvoir ramener de ton jeu une... partie de toi, en quelque sorte. J'aimerais faire la même chose avec Lakmécygne, Déflaisan et Rhinolove. »

C'était vrai, de la chance. Il avait le droit de récupérer une partie de son jeu ouais. Mais ses gamins lui manquaient aussi. Il voulait absolument les retrouver, vérifier qu'ils allaient tous bien, jouer un peu avec eux, vérifier qu'ils mangeaient et tout le reste. Puis après, sillonner les rues de son Mexico natal (dans le jeu, hein), pour trouver d'autres enfants à recueillir. Il comprenait que les pokémons de Carolina lui manquent. Car lui, ses enfants lui manquaient aussi. Mais ce n'était pas pareil. Il était responsable des gamins. Elle, c'étaient des pokémons, ils pouvaient se démerder, plus ou moins...

BADAM. Un coup dans l'arrière de la nuque... « Nom d'un Groudon, t'aurais pu prévenir que t'étais derrière la porte ! »

Se redressant en se tenant la nuque après un grognement énervé, il prit la parole, les sourcils froncés : « Oh, ça va là, hein, Carolina ! Je suis désolé, j'essaye de t'aider, c'est pas la peine de m'agresser. »

Il se dirigea vers son lit, légèrement frustré, et attrapa un t-shirt noir, simplement et l'enfila. Puis, pendant qu'il restait silencieux, il réfléchissait. Puis, doucement, il prit la parole :

« Dis moi que j'ai rêvé cette nuit, tu me déclarais pas ta flamme, hein? » Ses yeux papillonnèrent, puis il laissa le silence retomber, songeur. Il attrapa sa sacoche en soie, et son sac de sport pour vérifier que tout son costume soit bien à l'intérieur. Puis, il attrapa son gilet pare-balle, avant de l'enfiler par dessus son t-shirt. Il avait envie de, simplement, aller au boulot, essayer de retrouver les voleurs de seringues du poké-centre et les passer à tabac, mais c'était pas très bon ça. Il lança un coup d'oeil par dessus son épaule à Carolina, en attendant sa réponse.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar






MessageSujet: Re: knockin' on heaven's door (pv. King)   Ven 16 Déc - 22:38

Et merde. Putain de bordel de merde. Elle avait réussi à le foutre en rogne. Pour le coup, Caro se serait bien tapé la tête contre un mur, histoire de se flageller un peu plus, mais elle se contenta de rentrer la tête dans les épaules avec un air totalement dépité sur le visage. « Oh, ça va là, hein, Carolina ! Je suis désolé, j'essaye de t'aider, c'est pas la peine de m'agresser. » Bingo. Elle avait décroché le gros lot. Mais ce n'était pas le moment de fondre en larmes encore une fois. Il fallait qu'elle se montre forte, la tête haute et le sourire aux lèvres. Juste pour donner le change, le temps que son moral remonte... S'il remontait un jour. « Excuse-moi... » Elle avait prononcé ces excuses d'une petite voix d'enfant, sans oser le regarder. Elle préféra se tourner vers sa propre armoire pour en sortir un gros pull chocolat, un jean noir et ses bottes bleues habituelles.

Je n'suis plus dans le coup, une flèche au cœur... Instinctivement, la championne se retint de secouer la tête. Allez savoir pourquoi cette chanson lui revenait en tête à cet instant précis. En poussant un petit soupir déprimé, elle enfila son jean avec des gestes lents. Elle n'avait absolument aucune envie de sortir. Mais bon, elle n'avait pas vraiment le choix. « Dis moi que j'ai rêvé cette nuit, tu me déclarais pas ta flamme, hein? » Les épaules de la brunette se contractèrent violemment et son dos se raidit, pendant que ses doigts trop fins se crispaient violemment sur le pull qu'elle tenait entre ses mains. Oh non. Il n'a pas dit ça. C'est un cauchemar.Discrètement, elle se pinça le dos de la main du bout des ongles pour être sûre de son réveil. Évidemment. Ce n'était pas un mauvais rêve, mais bien la réalité.

Qu'est-ce qu'elle devait dire ? Confirmer que ce n'était qu'un rêve et perdre ainsi la seule occasion qu'elle aurait de lui dire ce qu'elle avait sur le cœur, ou bien lui avouer la vérité et prendre le risque de le perdre définitivement ? Elle baissa la tête, la poitrine complètement congelée. On va s'envoler au delà des nuages... Carolina se mordit nerveusement la lèvre. Allez. Autant oser. Elle le regretterait sûrement longtemps, sinon. Bon, rien ne disait qu'elle n'allait pas le regretter, ça non plus, mais... « Ce n'était pas un rêve. Je... J'croyais que tu dormais à ce moment-là. »

Rapidement, elle enfila son pull et fourra ses gants dans la sacoche qu'elle trimballait un peu partout quand elle avait cours. La boule douloureuse revenait dans sa gorge, plus encombrante que jamais. « Je ne veux pas... Je ne veux pas d'excuses, de pitié ou je ne sais quoi encore. » Inspirant à fond, elle osa finalement pivoter pour lui faire face, une lueur de détermination dans son regard trop pâle. « Je ne suis pas idiote. Je suis parfaitement consciente que mes sentiments ne sont pas partagés, que tu me vois toujours comme une sorte de petite sœur parfois un peu trop encombrante, mais... » Elle se contenta de hausser les épaules avec un sourire amer, les mains enfoncées dans les poches de son jean. J'y peux rien. C'est comme ça. On ne choisit pas la personne qu'on aime, apparemment.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar






MessageSujet: Re: knockin' on heaven's door (pv. King)   Ven 16 Déc - 23:34

Carolina s'excusa. Après qu'il ait haussé la voix. Comme un enfant qu'on gronde et qui admet sa faute. Ce n'était pas ce qu'il avait voulu. Il n'avait pas voulu la faire s'excuser. Elle n'y pouvait rien, elle n'allait pas bien. Et vu les yeux qu'elle avait, avec les cheveux mouillés qui encadraient son visage, il était pratiquement sûr et certain qu'elle avait pleuré sous la douche. Il l'entendit ensuite s'habiller doucement, petit à petit, lentement, délicatement. Oui, non, il préférait plier, replier ses affaires dans son sac. Il ne voulait pas aller au travail, il ne voulait réellement pas se laisser faire. Mais bon. Tant pis, hein.

Il se calma doucement, en fermant les yeux et en inspirant à fond. Puis vint la demande. Est-ce qu'elle avait ou est-ce qu'elle n'avait pas déclaré sa flamme pendant la nuit ? « Ce n'était pas un rêve. Je... J'croyais que tu dormais à ce moment-là. » Il cessa de tripoter son sac de sport. Mais oui, il dormait. A moitié peut-être. Mais il faut dire que dire des choses à un félin.. Même quand il dort, il entend. Après tout, c'étaient des oreilles de félins qu'il avait eu sur le coup. Il resta le dos tourné, les yeux fermés. Bordel de merde. Oui, donc non, elle l'aimait. Mais comment...? Pourquoi ? Il n'avait pas grand chose de.. 'fin, d'aimable. Il ne comprenait pas. Il avait toujours été un frère pour elle, il ne la voyait absolument pas comme une potentielle petite amie... Elle reprit la parole, en lui lançant un « Je ne veux pas... Je ne veux pas d'excuses, de pitié ou je ne sais quoi encore. » qui lui arracha un faible sourire. Il ne comprenait pas surtout. Cependant, il se retourna, pour faire face à la jeune femme qui continua sur sa lancée : « Je ne suis pas idiote. Je suis parfaitement consciente que mes sentiments ne sont pas partagés, que tu me vois toujours comme une sorte de petite sœur parfois un peu trop encombrante, mais... »

Elle haussa les épaules comme pour dire 'c'est comme ça et pas autrement'. King se souvenait d'une chose que sa mère avait dit, une fois, quand il était tout petit. Quand il n'avait que 3 ans. Avant qu'elle ne disparaisse du Central, sans jamais réapparaître. Avec son père. Il ne savait pas grand chose de son père. Mais un jour, il s'en souvenait, sa mère avait prononcé ces paroles : 'Mais tu sais, il y a des choses que tu ne cherches pas... elles viennent à toi. Comme l'amour. Tu ne le cherches pas, il arrive simplement. Quand c'est le moment, il n'y a rien à faire. C'est là que tu sais que c'est vrai.' Il lança un coup d'oeil à Carolina. Il espérait, Dieu qu'il espérait, qu'elle n'ait pas cliqué sur lui. Qu'elle ait quelqu'un d'autre dans en ligne de mire, bordel ! Il ne se voyait absolument pas lui expliquer que... enfin, qu'il ne cherchait pas une relation amoureuse. Pas pour l'instant. Elle s'en doutait peut-être, mais King ne conservait jamais les petites amies bien longtemps. Il adorait les gamins, mais garder une petite amie, il en était incapable.. C'était plutôt pour le sexe, et pour pas grand chose d'autre. Qu'est-ce qu'elle espérait ? Il se mordit la lèvre. Puis soupira, en fermant la fermeture éclair de son gilet pare balle.

« Je.. Je dois y aller. Il est tard, je vais être en retard. »

Il attrapa son sac, vérifia avoir les clés dans sa poche ainsi que son badge de commissaire, puis il traversa l'appartement sans un mot, puis, il ouvrit la porte, et quitta les lieux, sous un silence qu'il n'appréciait absolument pas. Comment est-ce qu'elle voulait qu'il réagisse, aussi ? Elle le prenait au dépourvu. Et il ne voyait absolument pas comment réagir. Il prit peur. D'où sa fuite. Honteuse, certes. Mais une fuite quand même.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: knockin' on heaven's door (pv. King)   

Revenir en haut Aller en bas
 

knockin' on heaven's door (pv. King)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Knockin' On Heaven's Door. | Caleb & Lena |
» Knockin' on heaven's door [ft. Fhury]
» 03. [Pension Preston] Knockin' on Heaven's door
» [CLOS] [Sky/Garin] Knockin' on Heaven's door
» ⊱ knocking on heaven's door. (camille)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
OH MY GAME-BOY! :: 
hors-jeu
 :: Archives RP
-