C'est la fête de la rentrée ! Rendez vous au O'waluigi I love you
Cee. (Layton) et Liloon (Zelda) rejoignent le staff en tant que modératrices.

Partagez | 
 

 Les écharpes sont la seule barrière contre un nez qui coule [Solveig]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
avatar






MessageSujet: Les écharpes sont la seule barrière contre un nez qui coule [Solveig]   Dim 11 Déc - 20:13

A force de trier des vêtements et des vêtements, je ne savais même plus ce qu’était les vêtements. Culottes, chaussettes, pantalons ou pulls, je ne savais plus. Je triais les arrivages, dix jeans, vingt t-shirt… Tout prenait forme en chiffre et en poids et rien d’autre. Les étagères avaient précédemment été indiquées par la patronne et je n’avais donc plus qu’à les ranger convenablement. A la limite, les bas et les hauts n’étaient pas les plus horribles. Il y avait les cintres ou alors il fallait les plier soigneusement et les déposer en petites tours égales… Non, le pire était les sous-vêtements qu’il fallait enfiler dans des cintres spéciaux pour eux, et là, c’était la catastrophe. Les premiers jours je m’étais débattue pendant bien une quinzaine de minutes pour trois pauvres slips de merde. Alors oui, après j’enrage de devoir les enlever pour les clientes, après avoir passé autant de temps dans la sainte bataille des petites culottes ! Mais ce matin, apparemment, on avait décidé d’être gentille avec moi car seuls des pantalons et des hauts normaux devaient être rangés. Les compositions un peu originale, je ne suis pas contre, mais des fois je ne sais plus du tout comment faire pour plier quelque chose tellement il y a des fioritures ou alors ça ne tient tout simplement pas. Oui, le métier de vendeuse était atrocement difficile avec le recul. D’abord on pense qu’il faut simplement sourire aux clientes et vanter les mérites sans fin de la créatrice et le tour était joué : pas du tout, il y avait d’innombrables heures de travail derrière et beaucoup d’effort. Rester à la caisse était une place bénie que j’aimais beaucoup occuper pour reposer mes pauvres jambes.

Ranger les habits, c’était se lever, se baisser, se lever et se baisser sans jamais s’arrêter. Ouvrir des cartons, en refermer, les ranger… Un vrai bal sans fin où tourner commencer à me donner le vertige. Finalement, je me rendis compte que j’avais travaillé plus vite que prévue ; possiblement animée par l’envie d’en avoir vite terminer avec tout ceci. Non, ce n’était clairement pas l’aspect que je préférais dans le fait de travailler dans la boutique. Peut être que savoir que j’allais recevoir de l’argent pour tout cet effort me motivait un peu plus car ce n’était pas le genre d’effort auquel je m’adonnais une fois dans ma chambre. Bordélique ? Et pas qu’un peu, je n’aimais l’effort que derrière les fourneaux, tout autre forme d’effort étant prohibé dans mon petit pays imaginaire qu’était mon antre. Alors oui, je ne rayonnais pas particulièrement de joie quand finalement, un des vendeuses me prévint qu’elle prenait sa pause et que je devais garder la boutique en attendant. De toute manière, je n’avais plus rien à faire, tout était fin rangé et je n’aurais eu qu’à me tourner les pouces au pire. Je me mit à la caisse et attendit. En début d’après-midi il n’y avait pas grand monde, généralement les en profitaient pour jouer avant d’aller à l’école ou au boulot alors c’était ce moment où il fallait souffler tranquillement.

Mais finalement, la porte s’ouvrit sur une grande femme à la chevelure brune. Je l’avais déjà vu, ben oui, Le central n’était quand même pas un truc immense et les héros de jeux vidéos n’étaient pas si nombreux. J’avais du la croiser une ou deux fois lors de fêtes ou de sorties au laser game. En tout cas, c’était la première fois que je la voyais dans la boutique quand j’étais de garde pour être vendeuse. Je me redressais sur ma chaise et me leva pour l’accueillir avec un grand sourire comme je savais si bien le faire (on peut se demander ensuite pourquoi je ne le présentais pas plus souvent ce sourire, mais ça, c’est une autre histoire mes amis). J’essayais de m’adresser à elle avec une mine sympathique, tentant ainsi d’effacer les maigres traces de fatigue que m’avait laissé le travail de tout à l’heure. « Bonjour ! Bienvenue à la boutique d’Amy-Rose, ça va bien ? » En tant que vendeuse elle avait des formules toutes prêtes qu’elle avait apprit aux côtés de la patronne et des autres vendeuses. Elle essayait de sembler le plus naturel possible car répéter encore et encore la même chose sans l’en dénuer de sa substance était une gymnastique compliquée. « Vous cherchez quelque chose en particulier ou vous regardez juste ? Si vous voulez de l’aide, je suis disponible. » Il y en avait qui aimaient bien se faire assister dans leurs choix, préférant entendre l’avis de gens ayant travaillé pas mal de temps dans le « milieu » et il y en avait d’autres qui préferaient rester seuls et se faire leurs propres idées. Soit, personnellement je préférais être seule avec moi-même concernant mes choix esthétiques car bien souvent, personne ne les partageait avec moi. Dommage…
Revenir en haut Aller en bas
 

Les écharpes sont la seule barrière contre un nez qui coule [Solveig]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Groupe #4 : Les dieux sont-ils avec ou contre nous ?
» «Le devoir, l'honnêteté, être bon, être juste. Non. Ce sont les désirs qui vous sauvent. Ils sont la seule chose vraie.» 21/03 ― 13; 22
» L'hmeopathie et l'oligotherapie
» " La Seule Compagnie Dans tes Nuits de Pleurs sont les Etoiles, Elle brillent en toi et pour toi."
» ILS SONT DEVENUS FOUS! Est-ce que je mène une campagne contre Aristide au Forumh

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
OH MY GAME-BOY! :: 
hors-jeu
 :: Archives RP
-