C'est la fête de la rentrée ! Rendez vous au O'waluigi I love you
Cee. (Layton) et Liloon (Zelda) rejoignent le staff en tant que modératrices.

Partagez | 
 

 une flèche au coeur (pv. King)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
avatar






MessageSujet: une flèche au coeur (pv. King)   Sam 17 Déc - 0:03

Les deux mains appuyées de chaque côté du lavabo, Carolina s'observa d'un œil critique dans le miroir qui lui fait face. Elle avait une sale tête. Ses traits étaient tirés, de larges cernes maladroitement masqués par du fond de teint alourdissaient son regard bleu pâle. Avec un long soupir, elle passa une main nerveuse dans ses cheveux pour les ramener vers l'arrière. Elle avait envie de dormir... Juste s'écrouler sur son lit et fermer les yeux pour oublier le carcan d'acier qui lui enserrait le cœur et menaçait de le faire exploser à tout moment. Pour oublier sa solitude. Juste un petit moment, c'était tout ce qu'elle demandait. Quelques heures paisibles...

Elle avait passé les trois derniers jours quasiment non stop dans le Game Space, à grappiller quelques heures de sommeil par ci, par là. Pendant trois jours, elle s'était contentée de manger sur le pouce, toujours très peu. Elle avait peu à peu perdu son appétit. Mais malgré la fatigue qui la terrassait et rendait ses membres lourds, elle était contente d'avoir passé autant de temps dans son jeu. Elle avait pu retrouver ses trois Pokémon, et Dieu seul savait à quel point elle avait besoin d'eux à ce moment-là. Déflaisan avait cherché un peu partout la cause du chagrin de sa maîtresse, Rhinolove s'était efforcée de la distraire avec quelques mélodies, et Lakmécygne s'était contentée de frotter sa tête contre son cou, comme elle avait l'habitude de faire. Mais même les douces attentions des trois femelles n'avait pas vraiment réussi à lui changer les idées.

Deux semaines. Quatorze jours. Trois cent trente-six heures. C'était le temps qui s'était écoulé depuis qu'elle avait osé ouvrir son cœur à King... Et qu'il l'avait ravagé.

C'était aussi le temps qui s'était écoulé depuis la dernière fois qu'elle l'avait vu. Elle lui avait déclaré ses sentiments, il était parti au commissariat, et depuis elle ne l'avait plus revu. Le premier soir, elle avait simplement cru qu'il avait du boulot – un dossier à archiver, ou un appel au Game Space. Après trois jours à ce petit rythme, elle s'était rendue à l'évidence. Il ne voulait plus la voir. Il l'évitait comme la peste. Ca n'avait fait que l'achever un peu plus.

Carolina n'avait parlé à personne de ça. Tout le monde pensait qu'ils s'étaient encore engueulés pour une connerie, ce qui arrivait souvent entre eux, et que le froid durait juste un peu plus longtemps que d'habitude. S'ils savaient... La jeune femme se pencha pour se passer un peu d'eau sur le visage. C'était bientôt la fin de la récréation. Même si elle était complètement crevée, les gamins dont elle s'occupait à l'école lui avaient drôlement manqué. Elle s'occupait des plus petites classes – de trois à cinq ans. Allez, ma grosse. Tu vas aller récupérer les mômes et tu vas t'occuper d'eux comme tu sais faire.

Sitôt dit, sitôt fait. Elle se retrouva bien vite entourée d'une quarantaine de gamins, dont une adorable fillette rousse accrochée à elle comme une moule à son rocher, la larme à l'œil, le pouce dans la bouche et la tête appuyée sur son sein, parce que ze me suis fait bobo à le genou. Et... « Mais... Quelqu'un sait où est Valentin ? » En effet, il manquait le casse-cou de la classe, blond comme les blés et la joue toujours couverte d'un pansement. Qui ne tarda pas à débarquer en tirant à sa suite quelque chose – ou bien quelqu'un ? « R'garde Caro, j'ai trouvé un drôle de monsieur avec une tête de bébête dehors ! »

Oh putain de merde il fallait que ça tombe sur King.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar






MessageSujet: Re: une flèche au coeur (pv. King)   Sam 17 Déc - 0:26


RAAAAAAARRGH. Le rugissement résonna dans la zone de retour, et, alors que Hwoarang s'en allait en courant pour se changer ailleurs, King balançait son poing dans la porte de son casier en rugissant. Le genre de rugissement qu'il émettait typiquement après une très mauvaise séance dans le game space. Il ne retira même pas son pantalon violet et jaune, prit à peine le temps de se débarrasser de ses grosses bottes en cuir pour enfiler des sneakers, avant d'attraper un t-shirt, l'enfiler grossièrement, et attrapant ses affaires, il les balança sur son épaule, un grognement rauque et caverneux s'échappant des profondeurs de sa gorge. Fuck, il ne voulait même pas enlever son masque, il allait aller chez son pote qui l'hébergeait gracieusement, et il allait se calmer là bas. Parce que là, il ne voulait même pas tenter de se calmer tout de suite.

Il quitta l'aire d'arrivée d'un pas rageux, manquant de renverser un autre personnage de jeu. En général, les gens savaient, en entendant le rugissement, qu'il ne fallait pas énerver le félin. Surtout pas. Sinon, il allait frapper. Et dieu sait que King frappait fort lorsqu'il le voulait. Alors, du coup, tout le monde s'écartait sur son chemin. Il parvint à quitter la zone d'arrivée sans trop d'encombres, et, sans prendre soin de se cacher le visage, il s'engagea dans les rues du Central, prenant le chemin le plus direct vers l'appartement de son hôte. Il passa devant la supérette, il passa devant la pizzeria de Mario. Puis, il arriva devant la maternelle. C'était la récréation. Oui, c'était le début de la journée encore, il avait passé la nuit au Game Space, encore un gros geek qui l'avait joué comme personnage, et il avait dû passer plus de 7 heures d'affilée – un gros sale geek – à tabasser des adversaires. Il en avait plus que marre, et il ne souhaitait qu'une chose. Rentrer. Se calmer. Se doucher.

Sauf, qu'en passant devant la maternelle, un gamin au pansement collé à la joue se cru bon de lui choper la queue de jaguar qui dépassait de son pantalon. Sentant immédiatement la douleur, il émit un grognement, pour que le gamin lâche prise, mais celui ci s'obstina et émit un rire faussement impressionné. Montrant les crocs en retroussant les babines, King se grossit pour se faire plus impressionnant, mais un truc avec les gosses, c'est qu'ils ne savent pas quand est-ce que ça devient dangereux... Alors quand le petit s'obstina, puis finit par tirer violemment sur ladite queue, King ne put l'empêcher de l'embarquer à l'intérieur. Ses oreilles plaquées contre le crâne, un sifflement rauque émergeant de sa gorge, il cessa immédiatement sa vaine tentative d'intimidation lorsqu'il entendit le « Mais... Quelqu'un sait où est Valentin ? » d'une voix on ne peut plus familière. Le grognement s'effaça, avant de reprendre de plus belle lorsque le gamin fut rejoint par des copains à lui, qui lui attrapèrent encore la queue de jaguar, avant de le forcer à genoux, et qui commencèrent à lui toucher la nuque et la gorge, toute douce à cause de la fourrure.

Le grognement se fit plus fort. « R'garde Caro, j'ai trouvé un drôle de monsieur avec une tête de bébête dehors ! »

De bébête ? DE BÉBÊTE ?! Non mais il se foutait de sa gueule ou quoi ? Décoinçant ses bras, King parvint à écarter le gamin, mais un autre lui tendit un piège et il chuta lourdement sur le dos, lâchant son sac de sport qui contenait – à vrai dire – pas grand chose, vu qu'il avait gardé son costume de jeu entièrement sur lui. Son pantalon de catcheur caché par le jean, il avait encore les gants de combat. Et il avait encore quelques traces rougeâtres sur le visage de là où le sang des adversaires avait giclé. Charmant. Hein. Dans une maternelle. Charmant. Rugissant de plus belle, il vit cependant une gamine du coin de l'oeil s'approcher de lui, et, là, ses oreilles se plaquèrent contre son crâne. Parce que, à la limite, le gamin au pansement, il pouvait aller se faire foutre. Mais alors, la gamine... Elle était adorable. Elle s'approcha, apeurée par les gestes violents de King qui malmenait plus ou moins les garçons, mais lorsqu'elle posa quand même sa main sur le crâne de jaguar qu'arborait le commissaire, il se laissa tomber à terre, entièrement.

Comme pour renflouer un grognement vain, il montra les crocs, avant de fermer les yeux. Oui, non, ça faisait 7 heures non stop qu'il tabassait des gens, il ne voulait pas tabasser des gamins. Ca lui rappelait son orphelinat dans le jeu. Même si Carolina était là. Le toucher des gamins.. Bordel. Il se sentait à sa place là. Pas dans un costume de jeu, pas en tant que commissaire. Mais en tant que celui qui est responsable des gosses. Enfin, techniquement, là, c'était Carolina. Mais peu lui importait. Il adorait les enfants. Et, visiblement, c'était réciproque.

Cependant, si la gamine lui caressait le crâne en lui flattant la fourrure dans le sens du poil.. Ledit Valentin crut bon de lui tirer un bon coup sec sur la queue de jaguar, et, faisant tourner ses yeux verts dans leur orbite, King émit un rugissement qui lança un froid dans la salle. Ouais. Un jaguar qui rugit, ça fait forcément peur aux gosses. Sauf à la fillette qui émit un regard meurtrier à Valentin comme pour lui dire 'non mais laisse le tranquille'. C'est fou ce que les gamins sont justes, des fois... ! Mais bon. King ferait tout pour se débarrasser des mains qui lui tripotaient à présent babines, moustaches, oreilles, et se barrer pour aller se doucher. Et fuir Carolina aussi, accessoirement...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar






MessageSujet: Re: une flèche au coeur (pv. King)   Sam 17 Déc - 20:50

D'accord. La situation commençait tout doucement à dégénérer. Carolina se sentait un peu dépassée par les événements. Normalement, Valentin n'aurait pas dû pouvoir sortir de la cour de récréation comme ça, et encore moins ramener King en classe. Mais bon, c'était fait, et la jeune femme ne pouvait pas y faire grand chose. Alors elle se contenta de se laisser tomber sur un des poufs colorés qui parsemaient la salle, la petite Alwena toujours dans ses bras – l'adorable rouquine était franchement peureuse et, en voyant ce gros tas de muscles de près de deux mètres avec une tête de jaguar entrer, elle avait caché sa bouille ronde au creux du cou de l'enseignante. « Qu'est-ce que j'ai bien pu faire au bon Dieu, hm ? »

Enfin, en attendant, les mômes avaient réussi à plaquer King dos au sol et, pendant que Valentin tripotait la queue qui allait et venait sur le linoléum, la petite Alice s'amusait à lui grattouiller la tête, juste entre les deux oreilles, installée à genoux sur le sol. Carolina ne put s'empêcher d'avoir un léger sourire attendri devant ce spectacle. Mais évidemment, Valentin fit encore des siennes et tira violemment sur l'appendice, comme pour tester sa résistance... Et un long rugissement de jaguar amena un drôle de blanc dans la pièce... Jusqu'à ce que la majeure partie des enfants viennent se réfugier du côté de la championne d'arène, dont le téméraire de la promotion, qui alla même jusqu'à grimper sur ses genoux pour se réfugier dans le bras qui lui restait.

Si ce n'était pas adorable.

En poussant un petit soupir, la jeune femme déposa ses deux chargements sur le pouf qu'elle occupait et, en chassant les derniers courageux qui étaient restés près de King malgré son rugissement impressionnant, elle se pencha pour l'attraper par le col de son t-shirt... et tout simplement tirer pour l'obliger à se lever. Ce ne fut qu'une fois ceci fait qu'elle ramassa son sac et le poussa sans plus de cérémonie vers la sortie. « T'es pas censé rentrer ici, alors dehors. Maintenant. » Oui, elle était plutôt énervée après lui. Énervée et déçue. Deux fichues semaines sans aucune nouvelle. Tout ce qu'elle aurait voulu, c'était un message pour dire que tout allait bien. Rien de plus. Et il avait gardé un silence radio inquiétant.

Mais évidemment... « Maiis, Carolina ! Pourquoi il peut pas rester hein ? » Alice. Pour le coup, la brune aurait bien frappé quelqu'un, mais elle se contenta simplement de pousser un gémissement désespéré à la place. « Parce que je suis sûre qu'il a tout un tas de choses à faire ! N'est-ce pas King ? » Et voilà que tous les gosses s'y mettaient, maintenant. Mais pourquoi ça tombe sur moi ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar






MessageSujet: Re: une flèche au coeur (pv. King)   Sam 17 Déc - 21:16

Décidément. Il en avait fallu des efforts pour que les gosses le laissent tranquille ! Non seulement, King avait dû rugir, mais il avait aussi mal dans le bas du dos maintenant. Parce que oui, certes, sa queue de jaguar n’était pas tout le temps là, quand elle était là, elle faisait autant partie de lui que n’importe quelle autre partie de son corps. Et le fait que le gamin lui ait tiré sur sa queue de jaguar, ça lui avait fait drôlement mal. Un peu à l’image des filles qui ne supportent pas qu’on leur tire les cheveux. Les gamins s’écartèrent et allèrent se cacher derrière Carolina, qui finit par se lever, et attraper King par le col de la chemise et le forcer sur ses pieds. Elle avait aussi accessoirement attrapé son sac, et, elle le poussa vers la sortie. Le temps que King retrouve plus ou moins l’équilibre, il allait sortir de lui-même. Il chassa la main de Carolina comme un insecte gênant et posa la main sur la poignée de la porte lorsque … « Maiis, Carolina ! Pourquoi il peut pas rester hein ? »

Lâchant doucement la poignée, il détourna son visage pour observer la gamine qui le fixait d’un regard intense. Ses oreilles de jaguar se plaquèrent contre son crâne et son regard perdit de son intensité, comme pour dire qu’il était désolé. Ses yeux papillonnèrent quelques instants, le temps que « Parce que je suis sûre qu'il a tout un tas de choses à faire ! N'est-ce pas King ? » Retentisse.

Il lança un regard à Carolina, incertain. Puis, d’un seul coup, la petite gamine se leva du pouf, et, du haut de ses quoi, 4 ans, elle vint s’agripper à la jambe de King qui lâcha entièrement la poignée pour se pencher en avant et attraper la gamine sous les aisselles pour la soulever et la laisser reposer sur son bras. Un grognement dépité s’éleva des profondeurs de sa gorge, mais lorsque la petite posa sa paume sur le museau du catcheur, le grognement se transforma en ronronnement. Il lança un coup d’œil à Carolina. Bah, trop tard, il avait un bout de chou dans les bras et la petite venait adorablement de coincer sa tête dans le creux du cou du jaguar, le front reposant sur la fourrure douce de King.

Ouais, bah. Tant pis hein. Retroussant les babines lorsque ledit Valentin s’approcha de lui, King fouetta l’air avec sa queue de jaguar, dans l’espoir d’intimider le gamin, mais celui-ci brava la menace, et là, King montra les crocs en passant la langue à travers les dents de devant, retroussant entièrement les babines. Nah, le Valentin il faisait mal. Et il ne voulait surtout pas qu’il recommence à lui tirer les extrémités. Une fois mais pas deux. La fillette ressortit son visage du creux du coup, et, plissant les yeux, elle attrapa l’une des oreilles de King en prenant la parole :

« Pourquoi t’as une tête de bête ? » Ramenant les babines, comme pour sourire, King rajusta le poids de la fillette sur l’un de ses bras, l’installant solidement, puis il déposa sa main sur la limite entre la fourrure et sa peau, cachée par le t-shirt qu’il portait. Il tira sur le col, pour dévoiler la limite, et la fillette posa sa main, en traçant la limite de l’index. Puis, lâchant le col, il imita le geste d’enlever le masque, pour qu’il comprenne. Cependant, aux sourcils froncés de la petite, il comprit qu’elle n’avait pas compris. Alors il fit rouler ses yeux dans leur orbite, amusé. La petite lui tapota la tête, avant d’attraper les moustaches, mais avant qu’elle ne puisse tirer dessus, de sa grosse main, King attrapa les siennes et les baissa, tout doucement.

Imaginez un peu, un mec taillé comme King, qui fait 2 mètres de haut et autour de 120 kilos, qui porte un truc aussi petit qu’une gamine de 4 ans. Ca fait grossier, comme différence de taille. Et surtout que la créature de muscle que c’était, était aussi équipée d’une tête de jaguar barbare. Pas de quoi être très rassurant. Cependant, la fillette semblait peu impressionnée, et elle lança un coup d’œil à Valentin qui s’était immobilisé près de Carolina. Puis, elle souleva les babine supérieures de King pour inspecter ses dents. Elle passa son doigt sur les canines, sans craindre se couper. King garda les babines retroussées, le temps qu’elle finisse, et lorsqu’elle sembla satisfaite, il lui mordilla le doigt, ce qui déclara chez la gamine un rire cristallin.

Et, accessoirement, l’avalanche de gamins aussi, qui se pressèrent à ses pieds. Apparemment, la gamine avait dompté le jaguar. Enfin, de gamins. Valentin semblait encore apeuré. Mais bon. King adressa un regard à Carolina. Il priait pour qu’elle le comprenne : il était désolé. Il voulait qu’elle comprenne qu’il avait prit peur. Encore heureux qu’il ait son masque, comme ça, il n’aurait pas à s’expliquer par les mots. De toute façon, il n’avait jamais été doué avec les mots, il n’avait jamais été à l’école, d’ailleurs. Les gamins avaient la chance d’être là où ils étaient. Ses oreilles se plaquèrent contre son crâne, pour montrer son excuse, mais, il dut se concentrer sur les gamins, dont un qui lui avait attrapé le bras pour réclamer qu’il le soulève à son tour. Et un troisième. Rajustant la fillette sur son bras gauche, il s’accroupit légèrement, et attrapa les deux garçons d’un coup, posant l’un sur son épaule en sac à patate et attrapant l’autre en passant son bras sous ses aisselles. Puis, se redressant, il rajusta les positions des trois gamins. Bah, c’était pas lourd. Ca pesait quoi ? Pas plus de 30 kilos chacun ? Vu qu’il en faisait 120.. Il ne soulevait même pas son propre poids avec les trois gamins. Hah.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar






MessageSujet: Re: une flèche au coeur (pv. King)   Sam 17 Déc - 22:56

La main de Carolina retomba mollement le long de son corps. Et il y avait cette voix, dans sa tête, perfide et mielleuse, qui continuait de lui chuchoter des mots atrocement criants de vérité... [i]Arrête de t'accrocher à lui, Jacobson, il n'en a rien à foutre de ta gueule... Tu ne fais que l'encombrer, tu sais ? S'il tenait vraiment à toi, il t'aurait donné quelques nouvelles, ces deux dernières semaines... Au lieu de ça, il ne t'a même pas laissé un mot...[i] Elle aurait bien voulu se laisser aller à croire tout ça. Mais sa nature d'éternelle optimiste revenait au galop, malgré l'envie d'abandonner, le moral qui se brisait peu à peu et les nerfs qui menaçaient de lâcher. Elle se contenta de se masser l'arête du nez, nerveusement, la tête baissée. Elle avait la migraine...

King attirait les enfants comme une lumière attirerait les papillons. Tous s'étaient regroupés autour des jambes du jaguar, tous sauf Alwena, qui continuait de s'accrocher à la jambe de son institutrice comme à une bouée de sauvetage, et Valentin qui ne semblait pas en mener bien large depuis le rugissement qu'il avait poussé. La jeune femme s'accroupit et caressa leurs têtes tendrement. « Puisque les autres sont trop occupés, nous on va aller ranger un peu les crayons et les feuilles qui traînent, d'accord ? » Les deux gamins acquiescèrent d'un signe de tête et, en s'emparant de leurs petites mains, Carolina les entraîna vers le coin où des petites tables étaient réunies en un grand U, couvertes de papiers volants et de crayons de couleurs, pastels et autre matériel à dessin.

Elle préférait mettre le plus de distance possible entre King et elle. Au bout de deux semaines, elle avait fini par se faire à l'idée qu'elle l'avait sans doute définitivement perdu, alors le revoir d'un seul coup, comme ça... Il y avait de quoi tourner folle. En passant une main lasse sur son visage, elle entreprit de trier les crayons par couleur, comme elle avait l'habitude de faire. Valentin ne tarda pas à s'asseoir à côté d'elle pour l'aider, pendant qu'Alwena entreprenait de ramasser le moindre crayon qui traînait encore sur les tables. « Dis, Caro, le monsieur c'est lui ton amoureux qui t'a fait pleurer beaucoup beaucoup ? »

La championne eut un moment de flottement. Ses joues prirent une belle couleur rouge et, instinctivement, elle leva la tête pour vérifier que King n'avait pas entendu. Son regard bleu croisa les deux billes vertes qui servaient d'yeux au combattant à ce moment-là. Des billes vertes teintées de ce qui ressemblait à du remords... Elle détourna la tête, ramenant sa crinière brune sur son épaule pour avoir un semblant d'écran entre eux. « Ca ne te regarde pas, Valentin. Ce sont mes histoires. » Une petite moue boudeuse apparut sur le visage du gamin. « Non parce que si c'est lui ben moi je vais aller lui casser la figure parce que ça se fait pas de faire pleurer beaucoup beaucoup une dame très belle ! » Avec un sourire attendri, elle l'embrassa sur le front. « Tu n'auras pas besoin de lui casser la figure. Ca ira. »

Ca irait. Ca finirait par aller mieux. N'est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar






MessageSujet: Re: une flèche au coeur (pv. King)   Mar 20 Déc - 22:35

Etrangement, les gamins semblaient attirés par King, et ce dernier se trouvait soudainement bouleversé par les gamins. Ils le bousculaient, ils lui tiraient tous les différents membres, bras, jambes, et même la queue de jaguar. Et ça faisait mal. En fait. Cependant, à travers les cris des gamins qui réclamaient qu'on les porte, soulève, grogne et Dieu sait quoi d'autre, King entendait aussi les paroles qui venaient du fond de la classe. « Dis, Caro, le monsieur c'est lui ton amoureux qui t'a fait pleurer beaucoup beaucoup ? » Instinctivement, les oreilles de King se plaquèrent contre son crâne, et il alors qu'il rajustait la petite fillette sur son bras, il émit un gémissement plaintif, sous prétexte qu'un aventurier lui tirait la queue de Jaguar, mais c'était surtout pour Carolina. « Ca ne te regarde pas, Valentin. Ce sont mes histoires. » Détournant le regard, King ne voulait réellement pas entendre la suite, mais malheureusement, les cris des gamins ne couvraient pas les paroles qui s'échangeaient un peu plus loin entre les 3 exclus. « Non parce que si c'est lui ben moi je vais aller lui casser la figure parce que ça se fait pas de faire pleurer beaucoup beaucoup une dame très belle ! » Une dame très belle...

Une dame très belle. C'était vrai que Carolina était magnifique. Elle était une femme bien plus que magnifique d'ailleurs. Non seulement elle était belle, mais King ne voyait pas réellement qui d'autre pouvait se trouver aussi belle qu'elle. Bon, c'était peut-être parce qu'il l'avait vue grandir qu'il se refusait de le remarquer, qu'elle n'était plus une petite fille, mais une dame. Du coin de l'oeil, King vit Carolina poser un baiser sur le front de Valentin. « Tu n'auras pas besoin de lui casser la figure. Ca ira. »

Il l'espérait, certes. Mais il n'y croyait pas. Deux semaines qu'il avait fuit son chez soi, et il ne se voyait pas comment expliquer la situation à Carolina. Il ne se voyait pas du tout expliquer à Carolina. Comment est-ce qu'il voulait lui faire face ? Hmpf. Il ne voulait pas. Pas la perdre. Mais peut-être qu'il ne voulait pas faire face. Mais il n'y avait rien de son côté pour Carolina, elle était une petite sœur, pas une potable petite amie... Il ne comprenait pas ce qu'elle lui trouvait. Il n'avait rien. Il n'était qu'un commissaire de police, pas un maître du monde richou. Il se battait pour avoir un salaire aisé, mais pas plus. Il passait des heures à taper les gens dans la Game Space, et quand il revenait, il était abîmé, en général. Il était violent, rancunier, impulsif et souvent rageur. Non, franchement. Et il n'avait même pas d'éducation ! Le voir lire, ça peut faire rire, mais il va lentement. Très lentement. Pour déchiffrer des lettres... Il galérait ! Il n'avait jamais appris pour de vrai. Et quand il écrivait, son écriture ne devait pas être loin de celle des gamins que Carolina avait dans la classe.

Elle pouvait trouver tout ceux qu'elle voulait. Il fallait juste qu'elle cherche. Mais non, il fallait qu'elle soit amoureuse de lui. Il ne pigeait pas pourquoi. Hein.

Un gamin grimpa sur son dos et lui tira les oreilles, ce qui le fit chuter à genoux, en grognant violemment. Puis, il attrapa le gamin, le souleva aussi haut qu'il le put, puis, il lui rugit à la gueule, dans l'espoir de les calmer. Ce qui fit effet. Il était patient, mais les gamins dans son orphelinat dans le Game Space le respectaient. Ici, il se sentait complètement maîtrisé, et il n'aimait pas ça du tout.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: une flèche au coeur (pv. King)   

Revenir en haut Aller en bas
 

une flèche au coeur (pv. King)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Nuage de Minette-Coeur Mélée :2ème entrainement
» daisy caniche x bichon 4 ans ( ta patte sur mon coeur)
» BIJOU FEMELLE YORK 7 ANS EN FA ASSO COEUR SUR PATTES
» L' EAU et le COEUR
» 1.07/1.08 : Un dernier battement de coeur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
OH MY GAME-BOY! :: 
hors-jeu
 :: Archives RP
-